Nouvelles érotiques et BDSM – Chapitre 1

Écrit par : Déesse Jeanne

La Déesse suprême de ce Royaume. Dominatrice expérimentée, lesbienne, gynarchiste. Spécialisée dans l'humiliation de l'espèce mâle. Amusée à la féminiser pour Son divertissement. Ne résiste plus, soumets-toi à Sa Volonté !
}
Le : 5 Avr, 2020
l

Si tu es un lecteur assidu de mon blog, tu sais à quel point j’aime écrire. Tu as peut-être même connu mon ancien blog, où je relatais mes séances réelles avec mes esclaves ? Nombre d’entre vous sont tombés amoureux de mes mots, si bien écrits et si envoûtants. En cette période difficile pour vous, mes fidèles, je tenais à vous partager quelques-uns de mes derniers écrits. Des souvenirs tendres à mon cœur, où je me joue de ta frustration, car je sais qu’elle va être intense en me lisant. Change-toi les idées, viens rêver quelques instants auprès de ma plume divine… Qu’il est bon de faire partie de Mon Royaume en ces temps sombres…

Souvenirs d’été

C’est l’été à Paris, j’ai mis une jupe courte avec un petit débardeur qui laisse voir le nombril. Un look de retour de vacances qui met délicieusement bien en valeur ma peau dorée. Des sandales en cuir à mes pieds vernis d’une laque rouge, j’ai envie d’être confortable pour me déplacer dans les rues de la capitale. J’ai laissé mes longs cheveux roux détachés, leurs ondulations me donnent cet air si sexy que Noémie adore. Un dernier coup d’œil dans le miroir, j’aime ce fard doré qui met en valeur mes yeux verts, je suis divine et je le sais pertinemment ! J’attrape mon sac à main et mes clefs, je referme derrière moi la porte de mon superbe appartement dans le Marais.

En plus d’être à tomber, je suis blindée, je n’ai jamais connu les problèmes de monsieur et madame tout le monde, je suis la fille unique d’une riche famille parisienne qui me laisse profiter des plaisirs de la vie et dépenser sans compter. Mes parents m’ont bien entendu payé de belles études dans une école prestigieuse, mais pourquoi travailler lorsqu’on en a pas besoin ? Laissons cela aux pauvres.

J’ai rendez-vous dans un petit bar du Marais avec Noémie. C’est une jolie brune à la coupe de cheveux façon garçonne que je fréquente depuis quelques temps. Je l’ai rencontrée au vernissage d’une amie photographe, j’ai tout de suite craqué pour ses grands yeux bleus et son sourire mutin. Je suis ravie de la retrouver, je ne l’ai pas revue depuis mes vacances à l’Île Maurice.

J’arrive au bar, légèrement en retard, j’adore me faire désirer ! Noémie est là en terrasse, fumant négligemment sa cigarette avec un verre vide devant elle. J’en déduis que je ne dois plus être si légèrement en retard que cela… Tant pis, Noémie me passe tout, elle adore mon côté désinvolte !
Ses cheveux sont en bataille, son visage de poupée est à peine maquillé, juste un trait de khôl noir souligne son regard profond. Elle porte une petite robe légère en coton, elle n’a pas de soutien-gorge en dessous. Son décolleté est rehaussé d’une fine chaîne en argent qui brille au soleil. Elle est si sexy.
Dès qu’elle m’aperçoit, elle se lève et me tire la chaise à côté d’elle où je viens m’asseoir. Elle me plante sur les lèvres un baiser humide dont elle seule a le secret, le genre de baiser qui me donne envie de la mettre dans mon lit et la faire jouir pendant des heures…

Le soleil tape encore, bien qu’il ne soit que 18h, j’interpelle un serveur, je n’ai pas envie d’attendre nos rafraîchissements ! Un grand jeune homme affublé d’un tablier blanc se précipite pour prendre notre commande, il tremblote en tenant son stylo sur son carnet.
« Mesdemoiselles ? Que désirez-vous ? »
Je le dévisage de haut en bas en baissant mes lunettes de soleil sur mon nez, puis je réponds d’un air dédaigneux :
« Mesdames. Nous voulons une coupe de champagne rosé. Du Ruinart, vous avez ? »
« Pardon, Mesdames. Oui bien sûr, je vous apporte tout de suite cela. »
Il s’efface rapidement et dans la précipitation fait tomber son stylo à mes pieds, il ne l’a même pas vu.
Je pouffe de rire.
« Quel empoté » je lâche en regardant Noémie. Elle me sourit d’un air bienveillant et pose sa main sur ma cuisse.
« Alors, tes vacances ? » Me dit-elle, impatiente.
« Regarde comme je suis bronzée ! Un mois à me prélasser au soleil, nager dans une mer turquoise et transparente… Un vrai régal ! Surtout que tout ce voyage m’a été offert par l’un de mes larbins. Quel pigeon celui-là ! Il a passé le mois complet à dormir sur la terrasse avec les moustiques pendant que je profitais d’une suite grand luxe de 100 mètres carrés ! »
« T’es sérieuse ? Il a accepté ça pour toi ? »
« Bien sûr, qu’est ce que tu crois. J’suis trop belle pour lui, il a la chance de me payer mes vacances alors que je n’ai pas besoin de lui pour ça. Passer un mois complet en ma compagnie se mérite, dans la douleur ! »
« Tu n’as vraiment aucun scrupule à faire souffrir les hommes, Jeanne tu sais que je t’admire… Je n’oserai jamais… »
« Non aucun scrupule, s’ils espèrent attirer mon attention, autant qu’ils payent le prix fort ! Tu sais bien que je n’ai pas besoin d’eux pour avoir une vie confortable, mais ça m’amuse de les utiliser et de savoir qu’ils se privent pour me faire plaisir… »
« Ton pigeon là, il a du espérer une petite récompense quand même non ? »
« Il peut toujours espérer, en rêver… Ça renforce sa frustration et ça me permet de l’utiliser encore plus à mon avantage. De toute manière, je n’autorise aucun mâle à me toucher ! Déjà que je l’ai autorisé à me masser les pieds le soir… c’est une chance incroyable ! »
« Oh, les adorables pieds de ma douce Jeanne, oui un vrai chanceux, j’adore tes petits petons, tu le sais… »
Noémie m’attrape par le cou et m’embrasse fougueusement. Son baiser m’excite… Mais je suis troublée dans mes pensées obscènes par le serveur qui apporte enfin nos coupes !
« Ce n’est pas trop tôt ! » je lui lance, le regard noir.
« Pardon, Mesdames, veuillez m’excuser pour l’attente. » répond le serveur en déposant les coupes sur notre table.
Je pointe du bout du doigt le stylo oublié toute à l’heure, le jeune homme rougit en constatant sa maladresse, il fixe mes pieds.
« Tu as oublié ça ! » j’ajoute, l’air mesquine.
« Oh pardon Madame. » me répond-il l’air penaud.
Il s’empresse de le ramasser, puis se relève, un grosse bosse déforme alors son pantalon.
J’éclate de rire, le serveur se défile pour retourner à l’intérieur du bar. Noémie me regarde d’un air interrogatif.
« Tu n’as pas vu son érection ? Ça l’a fait bander de ramasser son stylo à mes pieds ! »
« Oh, sérieusement… Tu n’es pas croyable, ils sont tous à tes pieds ! Quel dommage pour eux que tu sois lesbienne ! Enfin… Quelle chance pour moi de t’avoir dans mon lit… » me répond-elle avec un clin d’œil qui me fait littéralement fondre.
Je saisis ma coupe pour trinquer avec ma chérie, le sourire aux lèvres. Nous sirotons ce champagne au soleil, tout en se racontant comment s’est déroulé ce long mois où nous étions séparées.
Dès que nos coupes sont vides, nous voyons réapparaître le serveur qui dépose deux nouvelles coupes du même champagne à notre table. Il glisse discrètement un petit mot avec la mienne, puis déguerpit sans me laisser le temps de lui indiquer que nous n’avions pas passé à nouveau commande.
« Ils poussent à la consommation ici, non ? » me dit Noémie, intriguée par le petit mot que je suis en train de déplier.

« Madame,
Permettez moi de vous offrir vos rafraîchissement ce soir.
Votre beautée est sans égale.
J’aimerais faire votre connaissance.
Maël »

Je souris, je fais lire le bout de papier à mon amie, elle sourit aussi à son tour.
« Je sens qu’il va bien m’amuser celui là ! Un cours d’orthographe ne lui ferait pas de mal ! » lui dis-je d’un ton badin.
« Je n’en doute pas, on termine cette coupe et on va se faire un japonais ? » me répond Noémie.
« Excellente idée ! Les sushis du meilleur japonais de Paris m’ont manqués ! »
Nous avalons d’une traite notre coupe, puis échangeons une sourire satisfait. Nous saisissons nos sacs à main et nous nous levons sans prendre la peine d’aller payer. Le serveur nous salue tête baissée d’un « au revoir, Mesdames. »
Je ressens un certain plaisir à penser que ce jeune homme avec son salaire de serveur minable devra débourser l’équivalent d’une journée de travail pour nos 4 coupes de champagne.

L’intronisation de l’esclave

Une soirée enchanteresse Comment suis-je devenu esclave de Déesse Jeanne ? Voici un point que je n'ai jamais raconté... Quand ai-je eu la chance d'être intronisé, de devenir officiellement esclave ? Moi qui étais un fonctionnaire médiocre et quelconque au service de...

Mon engagement auprès de Déesse Jeanne

Bonjour à tous, cela fait déjà longtemps que je n’ai pas repris la plume et je profite de ce moment inédit pour écrire cet article en l’honneur de Déesse Jeanne. Une relation D/s à long terme Cela fait déjà deux ans que j’ai eu l’immense honneur de croiser le chemin...

Chapitre 3 : Le cuckolding lesbien

Vous êtes de plus en plus nombreux à quémander la suite de Mes petites nouvelles teintées d'érotisme et de BDSM... La voici enfin ! Je prends beaucoup de plaisir à vous livrer ces écrits, au gré de Mon humeur et de Mes envies. Cette publication en cette journée un peu...

Nouvelles érotiques et BDSM – Chapitre 2

Vous l'avez tant attendue... La voici enfin, la suite du chapitre 1 de mes petites nouvelles érotiques et BDSM ! Je prends beaucoup de plaisir à continuer cette écriture, tout comme je te sais avoir plaisir à me lire. Tu es si chanceux d'adorer une Déesse aussi...

4 Commentaires

  1. loser-bouffon

    Je ne peux que Vous remercier vivement Divine Déesse de m’avoir prévenu de ce nouvel écrit pour me divertir en cette période de confinement. Bien entendu ce délicat geste de Votre part pour me faire partager Votre Art était aussi avant tout pour renforcer mon intense frustration dans laquelle Vous m’imposer de vivre depuis des semaines maintenant. Et encore une fois, Vos si précieux mots ont considérablement aggraver mes maux. Mais Je ne peux que Vous remercier à nouveau Divine Déesse de nous faire partager quelques moments de Votre vie à nous sous êtres ne méritant que Votre dédain.

    Réponse
  2. Remi le Cloporte

    Chère Déesse Jeanne,

    Que dire à part que je me suis absolument régalé en lisant Cette article. Votre plume est toujours aussi divine et Votre plume me fait tant rêver. En effet, en Ces temps difficiles, Cet article tombe à point nommé. D’ailleurs Chaque article ô Déesse que Vous daignez publier sont magiques. C’est à chaque fois un évènement lorsqu’une page de notre bible s’écrit.
    Cet article je l’ai tout simplement adoré, adoré car Vous nosu racontez ici une merveilleuse histoire. Un souvenir d’été, des souvenirs impérissables et qui deviennent immortelles lorsque ceux là sont écrits et ici divinement bien écrit.

    Merci Déesse Jeanne, car à travers cet article, Vous m’avez permis de voyager, de quitter cette période difficile que nous vivons toutes et tous actuellement. En effet, plus que jamais cette article nous donne du baume au coeur.
    Votre plume nous permet de voyager dans des sentiers inespérés, les mots nous permettent de voyager, d’explorer sans même avoir besoin de se lever de notre bureau.

    Et quelle magnifique histoire Vous nous racontez là! Cette histoire est très belle, je dirais même plus, cette histoire fait rêver! En lisant cet article je me suis imaginé l’intégralité de Cette histoire. Et mon Dieu, je dois avouer, j’aurais adoré être à la place du serveur à ce moment là.
    Je ne peux que comprendre infiniment sa réaction de se retrouver tout gêné face à Votre grâce ô Déesse. Comment cela pourrait être ainsi. Notons quand même qu’il a eu le courage de réussir à Vous parler et de prendre Vos commandes.
    Si j’étais à sa place, je crois que mon visage serait devenu rouge comme une tomate, que j’aurai bégayé comme j’ai pu et que oh oui j’aurais été un bel empoté à n’en point douter.
    J’ai vraiment énormément aimé Cette article ô Déesse et je Vous en supplie, je Vous en conjure, surtout n’arrêtez pas d’écrire des articles de ce genre là. Ils nous font voyager et nous font rêver le temps de quelques délicieuses minutes.

    Je me suis régalé à la lecture de Cette Article!

    Merci Déesse Jeanne pour ce délicieux moment.

    Rémi Votre petit cloporte.

    Réponse
  3. NooN

    Merci Déesse d’avoir la bonté divine de partager Votre plume à l’attention des sous-êtres qui Vous vénèrent ! La meritons-nous seulement ? Probablement pas, et c’est pour cette raison que nous devons témoigner d’autant plus de notre gratitude pour ce sublime cadeau que Vous offrez à Vos fidèles. Ce premier chapitre est parfaitement délicieux et je me languis de connaître la suite. Par pitié Déesse, je Vous supplie de bien vouloir nous la délivrer. Quelle joie de pouvoir partager un peu de Vos aventures de Déesse régnant de toute Votre puissance ! Peut-être qu’un jour, nous aurons la bénédiction de lire Votre manifeste Gynarchiste auquel nous devrons nous référer tous les jours de nos vies pour agir en mâles responsables et soucieux de construire le monde de demain!

    Réponse
  4. Simon Fetish

    Déesse Jeanne merci infiniment pour ces mots si bien choisis. Je me reconnais parfaitement dans ce serveur si envouté par votre beauté et votre charisme et en même temps si maladroit et loin de la réalité de votre réel pouvoir. L’idée de faire ce qu’il faut pour vous appartenir fait son chemin, j’espère en être un jour digne. Vous etes parfaite en tout point.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSCRIS-TOI À LA NEWSLETTER !

INSCRIS-TOI À LA NEWSLETTER !

Voici ta chance de recevoir par e-mail les communiqués officiels de Mon Royaume, remercie-Moi nez au sol de ce privilège.

Tu as saisi ta chance, Je te félicite. Reste à l'affût des prochains communiqués officiels du Royaume.

Diffuse Le Culte

Invite d'autres égarés à rejoindre les rangs des fidèles de La Déesse !

0
Merveilles choisies